Partager sur twitter Partager sur facebook
France TV

Testez vos connaissances

Le quiz

Sur les bancs

1 / 3

L'histoire commence avec Lola, Aïda et Mathilde d'un côté, Léo, Thomas et Mehdi de l'autre, tous âgés de 15 à 29 ans. À votre avis, qui des filles ou des garçons étaient les plus scolarisés dans l’enseignement supérieur en 2014-2015 ?

1 / 3

Vous avez vu juste. Aïe aïe aïe... Au cours des 28 dernières années, les femmes de 18 à 29 ans ont progressivement rempli les rangs de l’enseignement supérieur plus que les hommes, jusqu’à devenir encore plus nombreuses ! On vous en dit plus par la suite. Mais vous vous rattraperez sur les prochaines questions !

45,2%des jeunesfemmes sont inscritesdans le supérieurcontre36,7%pour lesjeunes hommes

45,2%des jeunesfemmes sont inscritesdans le supérieurcontre36,7%pour lesjeunes hommes

2 / 3

Précisons un petit peu les choses et parlons filières, écoles et domaines du supérieur. Qui des femmes ou des hommes sont les plus nombreux en Classe préparatoire aux grandes écoles ou dans les filières sélectives et scientifiques ?

2 / 3

Bien vu. Vous vous en doutiez déjà on parie ? Peu mieux faire mais tout n’est pas perdu... Si vous êtes passé.e.s par une Classe préparatoire aux grandes écoles, une prépa pour les Diplômes universitaires de technologie (DUT), ou plus généralement des filières sélectives et scientifiques, vous avez sans doute remarqué que les femmes étaient minoritaires.
Si par contre vous avez fait vos études dans des filières de sciences de la vie, de la santé, de la Terre et de l’Univers, des formations paramédicales ou sociales, en langues, en lettres ou en sciences humaines à l’université, vous avez sans doute remarqué qu’elles étaient majoritaires.
Il n’y a qu’en école de commerce que l’on constate autant de phéromone que de testostérone.

contre27%defemmes, minoritairesdans ce domaine73%des effectifs desingénieurs pour leshommes

contre27%defemmes, minoritairesdans ce domaine73%des effectifs desingénieurs pour leshommes

3 / 3

Diplôme en poche et regard tourné vers l’avenir… Tout est possible pour les femmes ! (ou peut-être pas). À caractéristiques et diplômes identiques aux hommes, qui a le plus de chances de devenir cadres ?

3 / 3

Vous avez malheureusement raison... On aimerait êre aussi visionnaire que vous ! En France, les femmes ont encore 30% de chances en moins de devenir cadres, que le poste soit associé ou non à des responsabilités hiérarchiques. Si vous êtes en entreprise, regardez autour de vous… En comptez-vous beaucoup ? Plus qu’une question et vous explique le pourquoi du comment.

70%de chances enplus de devenir cadrespour les hommes30%de chances enmoins de devenir cadrespour les femmes

70%de chances enplus de devenir cadrespour les hommes30%de chances enmoins de devenir cadrespour les femmes

Faisons le point

Soyons honnêtes, les statistiques ne jouent pas beaucoup en faveur de Lola, Aïda et Mathilde.

Pourtant, elles sont en moyenne plus éduquées que Léo, Thomas et Mehdi...

En 2014 - 2015, à 18 ans, plus de 45% des femmes étaient inscrites dans le supérieur contre 36,7% de leurs amis.

Elles sont même de plus en plus nombreuses dans les formations d’ingénieurs ou les préparations au DUT production ou informatique : +2,4 points Ça progresse doucement mais sûrement…

Au total, 49%

des sortantes de formation initiale en 2012, 2013 ou 2014 sont titulaires d’un diplôme du supérieur contre contre 40% pour les hommes.
Si c’est pas du Girl Power ça…

Mais les diplômes ne font pas tout… Dans notre beau pays qu’est la France, les femmes ont encore 30%de chances en moins de devenir cadres, que le poste soit associé́ ou non à des responsabilités hiérarchiques. Et ça, c’est moche ! Enfin pas vraiment pour Léo, Thomas et Mehdi.

D’ailleurs, le problème concerne aussi nos voisines. En 2014 dans l’Union européenne, Lola, Mathilde, Aïda, Paula, Alicia et leurs consœurs ne représentent que 35% des managers. On est encore loin de la Terre promise…

Comme quoi, dans la patrie des droits de l’Homme, tout n’est pas rose pour les femmes. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin, poursuivons notre enquête et plongeons-nous dans le quotidien des Françaises au travail.

Elles sont même de plus en plus nombreuses dans les formations d’ingénieurs ou les préparations au DUT production ou informatique : +2,4 points Ça progresse doucement mais sûrement…

Mais les diplômes ne font pas tout… Dans notre beau pays qu’est la France, les femmes ont encore 30%de chances en moins de devenir cadres, que le poste soit associé́ ou non à des responsabilités hiérarchiques. Et ça, c’est moche ! Enfin pas vraiment pour Léo, Thomas et Mehdi.

Comme quoi, dans la patrie des droits de l’Homme, tout n’est pas rose pour les femmes. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin, poursuivons notre enquête et plongeons-nous dans le quotidien des Françaises au travail.

* Source : Femmes et hommes, l’égalité en question, INSEE, publié le 7 mars 2017

Libérons la parole

Femmes et hommes ont-ils tous les mêmes chances dans le monde du travail ? Maintenant que vous êtes incollables, mobilisez-vous et passez le mot à tous vos contacts.

Libérons la parole
Libérons la parole
Libérons la parole

produit par

  • Morgane Production
  • La Netscouade

pour

franceTV

avec le soutien de

  • Sodexo
  • Loreal
  • Orange

Petites injustices au boulot

1 / 6

Pleins feux sur les 15-64 ans. L'écart entre le taux d’emploi des femmes et celui des hommes tend-il à se réduire, à augmenter ou à stagner sur cette tranche d'âge ?

1 / 6

L’écart se réduit effectivement, mais ne relâchons pas les efforts ! Une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer : la bonne c’est que l’écart se réduit. Si si. La mauvaise, c’est que vous avez tort mais on vous pardonne largement. Entre 2005 et 2015, le taux d’emploi des femmes s’est accru de 2,7 points. Il faut tout de même noter que c’est celui des hommes qui a aussi pris un coup. Sur la même période, il a diminué de 1,8 point.

Taux d’emploi des hommes :- 1,8 pointTaux d’emploi desfemmes :+ 2,7 points

Taux d’emploi des hommes :- 1,8 pointTaux d’emploi desfemmes :+ 2,7 points

2 / 6

Les immigrées enregistrent un taux d’activité plus faible que celui des femmes sans lien avec l’immigration. Mais de combien est cet écart ?

2 / 6

Vous avez vu juste, les inégalités touchent différemment les femmes sur le territoire français. Oups, mauvaise réponse. Les inégalités touchent différemment les femmes sur le territoire français. En 2015, 57,8% des femmes immigrées étaient actives contre 64,2% des descendantes d’immigrées et 69,4% des femmes sans lien avec l’immigration.

et69,4%desfemmes sans lienavec l’immigrationcontre64,2%des descendantesd’immigrées57,8%des femmesimmigrées étaientactives

et69,4%desfemmes sans lienavec l’immigrationcontre64,2%des descendantesd’immigrées57,8%des femmesimmigrées étaientactives

3 / 6

Et qu’en est-il de la rémunération ? Selon vous, quelle est la différence de salaire moyenne entre les hommes et les femmes en France ?

3 / 6

Bingo ! Pas tout à fait. En France, les femmes sont en moyenne encore beaucoup moins payées que les hommes : la différence est de 24%... De quoi bien motiver Lola, Aïda et Mathilde quand elles arrivent sur le marché de l’emploi !

24%de différencede salaire entre lesfemmes et leshommes

24%de différencede salaire entre lesfemmes et leshommes

4 / 6

Allez, prenons nos pelles et creusons encore un petit peu le problème ensemble. À quel niveau de diplôme l’écart de salaire est-il le plus grand ?

4 / 6

C’est en effet chez les plus diplômés que l’écart est le plus important. Et non… C’est chez les plus diplômés que l’écart est le plus important. À Bac +3 ou plus, il atteint 35% ! Donc en moyenne, pour 1 000 euros gagnés pour un homme, une femme en gagne… 650. Outch !

35%d’écart desalaire entre femmeset hommes chez lestitulaires d’un Bac +3ou plus